Es-selam alaykum,

Si vous apprenez l’arabe littéraire hors du monde arabe, le jour viendra où vous allez vous décider à tester vos connaissances auprès d’une personne dont l’arabe est la langue maternelle.

Vous pourrez faire ce test à l’occasion d’un voyage dans un pays arabe. Si cette échéance est trop lointaine vous pourrez passer ce test plus près de chez vous, à la mosquée du quartier, avec un(e) voisin(e), un(e) ami(e), ou un membre de votre famille si elle est originaire d’un pays arabe.

J’apprends l’arabe littéraire : le test en live !

Si tout se passe bien, vous allez tomber sur une personne qui connait l’arabe littéraire ET qui comprend votre démarche. Bravo ! Vous avez passé le test = ultra-motivé pour continuer !

L’autre possibilité c’est de faire l’expérience amère qui consiste à réaliser que votre interlocuteur(trice) ne comprend pas ce que vous lui racontez et qu’il(elle) vous donne l’impression de s’exprimer dans une langue inconnue (mais qui « sonne » quand même « arabe » !).

Si votre famille est originaire d’un pays arabe, vous vous y attendiez peut-être.
Si ce n’est pas le cas et que vous vous retrouvez dans la situation décrite ci-dessus, restez calme ! Vous êtes tout simplement en présence d’une personne qui ne comprend et ne s’exprime qu’en arabe dialectal !

Pour rappel, l’arabe littéraire que vous étudiez, c’est la langue dans laquelle le Coran a été révélé et que parlait le prophète Mohammed (عليه الصلاة والسلام) et ses contemporains il y a 14 siecles. C’est également la langue de la poésie arabe pré-islamique.

OK mais l’arabe dialectal alors, qu’est-ce que c’est ?

Pour faire simple, l’arabe dialectal est à l’arabe littéraire ce que les langues latines modernes (français, italien, espagnol, catalan, portugais, provençal, roumain, etc ) sont au latin. A l’époque de l’expansion de l’Islam, l’arabe littéraire est rapidement devenue la langue véhiculaire du monde arabo-musulman, de la même façon que le latin s’était imposé dans la majorité de l’empire romain quelques siècles auparavant.

Au fil du temps, et comme c’est le cas pour la plupart des langues, la langue arabe a évolué différement dans chaque région en fonction des divers contextes historiques et géographiques pour donner les dialectes arabes (ex. influence des langues berbère et française pour le dialecte algérien).

Le parrallèle s’arrête ici car contrairement au latin, l’arabe littéraire n’est pas aujourd’hui une langue morte. Au contraire, au bout de 14 siècles, c’est une langue bien vivante, fidèle à sa forme originale qui s’est imposée dans l’ensemble du monde arabe en tant que langue officielle, académique et liturgique (pour les musulmans bien sûr, mais aussi pour les arabes chrétiens qui lisent la bible et célèbrent la messe en arabe littéraire).

Tandis que les différents dialectes dérivés du latins sont devenus des langues écrites, officielles et académiques au fur et à mesure de son déclin, les dialectes arabes, bien que très vivants et dynamiques, restent principalement utilisés à l’oral pour communiquer dans la vie quotidienne.

Dans la pratique, plus la distance qui sépare deux populations arabes est grande, moins leurs dialectes seront inter-compréhesibles. Un irakien comprend facilement un Syrien ou un Jordanien mais aura plus de mal face à un marocain et vice-versa. Dans ce dernier cas, l’arabe littéraire reste le moyen de pouvoir communiquer et d’être compris par les deux parties.

Faut-il apprendre l’arabe dialectal en plus du littéraire ?

Cela dépend de vos motivations :

Si vous poursuivez un des objectifs suivants, vous devez apprendre l’arabe littéraire :
– lire et comprendre le Coran, les hadith, la littérature et les journaux arabes
– étudier les sciences islamiques
– écouter et comprendre les chaines d’information arabes
faire vos études ou travailler dans un pays arabe
voyager dans différentes régions du monde arabe.

Si ce qui suit fait partie de vos motivations, apprendre l’arabe dialectal peut s’avérer utile :
– pouvoir rapidement communiquer à l’oral avec la population d’un pays arabe
communiquer avec une personne ou un groupe de personnes en particulier (conjoint, belle famille, collegues, voisins, etc.)
vous expatrier dans un pays arabe en particulier dans un avenir très proche
écouter et comprendre les médias audio-visuels arabes, en dehors des informations et des sciences islamiques.

Remarques importantes :

  • L’arabe littéraire, outre ses nombreux avantages, vous donnera une base solide si vous décidez d’apprendre n’importe quel dialecte par la suite.
  • Inversement, apprendre un dialecte arabe vous permettra d’acquérir du vocabulaire qui vous servira si vous décidez d’apprendre l’arabe littéraire (ou un autre dialecte), mais vous devrez apprendre la grammaire quasiment depuis le début.
  • Apprendre un dialecte arabe vous limitera à une zone géographique. Si vous vous en éloignez, vous devrez vous ré-habituer à un nouveau dialecte.

Ma conclusion

Si vous n’avez pas un besoin urgent d’apprendre un dialecte arabe, je vous conseille d’approfondir en priorité votre connaissance de l’arabe littéraire.

C’est la clé qui vous ouvrera la porte de la compréhension des textes fondateurs de l’Islam, de leurs explications par les savants (anciens ou contemporains) ainsi que de la poésie et de la littérature arabe. C’est aussi la langue commune à l’ensemble du monde arabe. Elle permet à ses populations de communiquer les unes avec les autres, de Mosoul à Nouakchott.

Si de temps à autre, votre utilisation de l’arabe littéraire au quotidien amuse certains arabes, patientez et amusez-vous en. Avec le temps, vous vous adapterez très rapidement à leur dialecte, et vous conserverez votre précieux capital qu’est l’arabe littéraire.

Bonne réussite !

6 Commentaires

  1. monique

    merci pour les informations concernant la différence entre les deux langues ; moi j’apprends l’arabe littéraire et je sais que j’ai fait le bon choix mais avec qui je vais le parler ? tous les arabophones préfèrent s’exprimer dans leur langue maternelle . A quel moment sait-on que l’on avance dans une langue ? C’est lorsque l’on comprend la personne qui est en face de nous et que l’on puisse se faire comprendre…MERCI par avance pour vos cnseils

    Réponse
    • Ismail

      Monique Bonjour et c’est moi qui vous remercie pour votre commentaire … car c’est le 1er reçu sur le blog Arabe Réussite ! Et pour commencer, je vous félicite car je pense que vous avez fait le bon choix d’apprendre l’arabe littéraire.

      Concernant la communication à l’oral avec les populations arabes, c’est assez décourageant de ne pas parvenir à établir le dialogue. En particulier si vous avez passé de longues heures, semaines, mois et années à étudier l’arabe littéraire et que votre professeur a validé vos connaissances.

      Dans tout apprentissage (langue ou autre), après les premiers progrès très gratifiants, il y a très souvent une phase de « traversée du désert » pendant laquelle vous continuez à acquérir des connaissances sans percevoir de résultats concrets à l’horizon. C’est pourtant un passage obligé et vous devez tenir bon car les résultats sont souvent moins loin que vous ne le croyez.

      Pour pratiquer l’arabe littéraire à l’oral, essayez de trouver des interlocuteurs qui à la fois connaissent l’arabe littéraire et comprennent votre démarche d’apprentissage. J’insiste sur ce dernier point car il m’est arrivé d’entendre des personnes ayant pourtant un niveau universitaire me dire « l’arabe littéraire ça ne sert à rien, personne ne le parle ! » … ce qui est faux bien sur !

      Si vous désirez vous familiariser avec l’arabe dialectal, choisissez au début une variante qui n’est pas trop éloignée du littéraire comme le syro-libanais ou celle des émirats. Expliquez à vos interlocuteurs que vous avez quelques bases en arabe littéraire et que vous souhaitez progressivement apprendre la langue qu’ils parlent au quotidien. Dans la plupart des cas, ils seront à la fois surpris et flattés et coopéreront avec plaisir.

      Quand vous ne comprenez pas une expression que vous entendez fréquemment, demandez-leur de vous en expliquer le sens et de vous la décomposer mot à mot. La plupart du temps, vous verrez que c’est tout simplement de l’arabe littéraire modifié ou prononcé différemment. Ce constat vous permettra d’augmenter votre motivation car vous réaliserez que l’arabe littéraire “ça sert, même pour comprendre les dialectes !”

      Réponse
  2. MOHAMED

    Merci pour cette explication.
    Par contre, j’ai l’impression que l’arabe dialectal des pays du moyen orient est plus proche de l’arabe littéraire que celui des pays du Maghreb, ou c’est juste une illusion ?

    Réponse
    • Ismail

      Merci pour votre commentaire.

      Disons que le Moyen Orient c’est vaste et du point de vue des dialectes, comme la carte l’illustre, cette zone se divise elle même en sous-zones. Mais globalement parlant oui, quand on a appris l’arabe littéraire, il est plus facile de comprendre un yéménite ou un libanais qu’un marocain. En même temps, avec les dialectes l’expérience joue beaucoup donc si vous apprenez l’arabe littéraire dans une école au Maroc, le syro-libanais vous semblera peut être plus difficile à comprendre que le marocain.

      Dans tous les cas, si vous n’avez appris que le littéraire et en dehors du monde arabe (comme moi quoi !), il faudra un temps d’adaptation quelque soit le dialecte. Et au début vous aurez du mal à comprendre si l’interlocuteur ne parle qu’en dialecte. Selon le lieu, le contexte et les personnes vous aurez également plus ou moins la possibilité de vous exprimer en littéraire.

      Réponse
  3. yussef

    . J’insiste sur ce dernier point car il m’est arrivé d’entendre des personnes ayant pourtant un niveau universitaire me dire « l’arabe littéraire ça ne sert à rien, personne ne le parle ! » … ce qui est faux bien sur !

    ben non c’est vrai il suffit de comprendre le sens de la phrase….. personne ne le parle au quotidien naturellement dans la rue, famille etc…. ca ne veut pas dire personne ne le parle dans des discours il faut savoir interpreter un peu les mots….

    Réponse
    • Ismail

      Yussef bonjour et merci pour votre intervention,

      Ma phrase est à comprendre dans le contexte de l’article et de mon commentaire. Vous avez bien sûr raison de dire que l’arabe littéraire n’est pas utilisé à l’oral dans la vie quotidienne. C’est une réalité que je ne conteste pas.

      Ce que que je contestais, c’est l’utilisation de cette réalité comme argument pour (consciemment ou non) décourager certains étudiants en arabe littéraire non-arabophones. L’arabe littéraire ne sert pas « à rien », sa connaissance est fondamentale pour comprendre le Coran, la littérature, la poésie etc. C’est également un outil de base puissant pour ensuite évoluer vers l’étude des dialectes.

      Les étudiants qui apprennent l’arabe dans cette optique sont donc ravis de rencontrer des personnes qui comprennent leur démarche en faisant l’effort de dialoguer en arabe littéraire pour les aider dans leur apprentissage, même si cela ne sert pas au quotidien.

      Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Qui parle l’arabe littéral ? – Méthode JAWAD - […] L’arabe dialectal et l’étudiant en arabe littéraire […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de recopier dans le cadre ci-dessous les caractères qui sont affichés dans l'image.

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Share This

Partagez cet article !

Si cet article vous a plu, partagez-le avec vos amis !

Partagez cet article !

Si cet article vous a plu, partagez-le avec vos amis !